Pourquoi nous continuerons à filmer les laboratoires d’expérimentation animale

rongeur

Dans une tribune intitulée « Assez de caricatures sur l’expérimentation animale« , un collectif de 400 chercheurs tente de discréditer les récentes enquêtes menées par Animal Testing, qui sont les premières du genre en France à révéler la condition des animaux de laboratoire.

Il est à noter que ce type de tribune témoigne par elle-même de l’inverse de ce qu’elle souhaite démontrer: à savoir que nos enquêtes sont justement prises très au sérieux par les partisans des expériences sur les animaux. Pourquoi sinon se donner autant de mal et nous affubler de termes dont la véhémence n’est que l’aveu que notre travail touche une recherche qui n’était jusqu’alors pas inquiétée et menait ses pratiques en huis-clos?

Notre récente enquête sur les rongeurs provient d’un lanceur d’alerte en poste actuellement en laboratoire, et membre d’un comité d’éthique, dont le témoignage est édifiant. « Déguisés en lanceurs d’alerte » souligne la tribune: non, il s’agit bien d’un lanceur d’alerte, à savoir une personne qui n’est pas militante mais qui, confrontée à des pratiques iniques ou ne respectant pas la réglementation, choisit délibérément de dénoncer celles-ci.

Mais surtout, aucune réponse dans cette tribune n’est apportée à tous les éléments que nous dénonçons, et aucun chercheur ni aucun membre du bureau de l’expérimentation animale n’a souhaité réagir aux médias qui les ont contactés suite à nos trois enquêtes. Pourquoi alors se plaindre et laisser croire que les médias ne donnent pas écho à votre propos messieurs les chercheurs? À chaque fois que vous avez été contactés, le silence a été votre seul refuge, comme en atteste de nombreux articles suite à notre enquête sur les singes détenus dans le sous-sol d’un hôpital parisien. Dans cette tribune à nouveau, vous fuyez.

Permettez-moi de vous rappeler les éléments sur lesquels nous attendons encore vos réponses: pourquoi des singes sont-ils privés de nourriture jusqu’à ce qu’ils acceptent les chaises de contention? Le chercheur de notre vidéo explique que l’un d’eux a souffert de ce traitement pendant une semaine, et qu’il faut « casser le singe » psychologiquement, qu’il n’y a « que ça » qui marche. Est-ce là les pratiques encadrées que vous mentionnez? Pourquoi laissez-vous croire que les antidouleurs sont systématiques, alors que c’est faux? Pourquoi les animaux décèdent-ils de leurs souffrances alors que des « points limites » doivent abréger celles-ci selon la réglementation? Pourquoi, encore, les membres de comités d’éthiques subissent des pressions pour valider des protocoles qui ne devraient pas l’être? Sans être exhaustifs, ces questions sont à ce jour sans réponse de votre part. Vous parlez « d’affabulations »: nos images et nos témoignages « laissent pourtant peu de place à l’interprétation », comme le soulignait l’émission « La méthode scientifique » de France Inter du 22/11/2017 qui vous a aussi interrogé à ce sujet et vous n’avez, à nouveau, pas répondu. Pire, vous avez souligné que la réglementation n’était pas contraignante mais qu’elle indiquait simplement des principes à suivre… Doit-on en conclure que chacun traite les animaux comme il l’entend dans son laboratoire?

Nous avons pu filmer dans trois laboratoires: il en est ressorti trois enquêtes, attestant à chaque fois de pratiques révoltantes envers les animaux. Tout ce que nous avançons est vérifié et documenté, et nous avons les protocoles des expériences que nous dénonçons. Mais face à la mauvaise foi et le déni, face à l’ignorance volontaire des abus commis dans ces lieux où à chaque fois que nous sommes entrés nous avons constaté un non-respect de la réglementation, vous osez botter en touche. Nous vous souhaitons bon courage alors pour trouver des mensonges suffisamment forts pour faire illusion et répondre à notre prochaine enquête: nous prendrons soin de citer le lieu et comptons sur votre volonté de transparence affichée pour répondre, cette fois, aux médias et aux politiques.

Audrey JOUGLA

Tribune publiée sur le HuffPost

Mézilles, le jour où tu fermeras.

visuel-chien-téléthon-animal-testing

Oui, car inéluctablement cela arrivera.
Mézilles, un nom devenu tristement célèbre : d’abord parmi les militants de la cause animale, avant de se diffuser en Bourgogne, puis dans les médias. L’élevage des Souches abrité par ce village bucolique n’est autre qu’un élevage de chiens destinés aux laboratoires. Peut-on faire plus inique profession ? Cynique profession prononce-t-on avec la liaison…
Chaque année les voix s’élèvent pour ceux qui n’en ont pas. Ces chiens ont été convoqués sur terre pour être destinés à une vie de souffrance : y a-t-il peine plus douloureuse pour des êtres innocents, qui ne comprendront jamais à quel titre souffrent-ils ainsi ?
Nous entendons alors cette rengaine : pour la santé humaine.

Nous n’avons malheureusement que peu de réconfort à vous offrir sur ce point et demandons, encore aujourd’hui, ne serait-ce qu’un bilan de vies animales sacrifiées face aux évolutions médicales et aux vies humaines sauvées ? Quand bien même, soyez certains que la raison d’existence de l’élevage de Mézilles n’est pas le progrès de la médecine mais la rentabilité et l’intérêt lucratif de son activité. Lucrer sur la souffrance animale n’est-il pas alors le pire comportement moral qui soit ? Tenter de le justifier par des voies détournées est alors, non seulement inapproprié mais participe d’une volonté de blanchiment moral à laquelle tous les acteurs de la vivisection participent aujourd’hui.
Quant aux résultats des souffrances de tous les chiens que l’élevage des souches de Mézilles a envoyé dans les laboratoires, nous sommes encore loin d’obtenir une telle transparence. La majorité de nos concitoyens ignorent que de tels élevages existent simplement. D’autres, que la vivisection a toujours cours.
L’élevage de Mézilles fournit, entre autres, les laboratoires de l’AFM-Téléthon, qui ne montrera jamais les expériences et les conditions des chiens. Pire, lors des images que nous avions diffusées en décembre dernier, aucune réponse n’a été donnée aux médias qui n’ont eu de cesse de contacter le laboratoire où nous avions filmé. Le silence, le déni. Tout en faisant appel à la générosité d’un grand public ignorant cette réalité. Financer l’AFM-Téléthon, c’est aussi financer son fournisseur : l’élevage de Mézilles.
Les primates, puis les chiens et les chats seront les prochaines espèces à être exemptées du calvaire des laboratoires, après les grands singes, déjà protégés : ce n’est qu’une question d’années. Ce jour-là Mézilles fermera.
Et aucun argument fallacieux ni aucun subterfuge ne permettra alors à ceux qui ont profité de la souffrance animale de se réfugier ou dire qu’ils n’avaient pas le choix.
Ce jour-là, nous pourrons regarder les barrières de l’élevage des Souches comme un vestige d’une époque où l’on considérait les chiens comme du matériel de laboratoire.

Une vie de souffrances : les expériences sur les chiens financées par le Téléthon
Une vie de souffrances : les expériences sur les chiens financées par le Téléthon

« On ne nous dit pas tout » : une autre lecture de la réalité

animal testing

Suite à la vidéo des singes détenus dans le sous-sol d’un hôpital que nous avons dévoilée jeudi 05/01/17, et que nous vous invitons à voir avant de lire cet article…

Continuer la lecture