Intoxication des singes par Volkswagen : tout un symbole

pot-echappement

Être bloqué dans une chaise de contention (cou, poignets et chevilles fermement attachés), pendant 4h dans une salle étanche à l’air avec un moteur tournant à plein régime pendant 4h : de la torture ? Non, des expériences actuelles menées sur des singes pour vérifier l’impact des gaz d’échappement des voitures Volkswagen.

Dans un communiqué de presse du samedi 27 janvier, relayé par le New-York Times, le constructeur automobile Volskwagen s’est excusé d’avoir utilisé des singes pour les avoir intoxiqués au gaz d’échappement, précisant que « Il aurait mieux valu se passer d’une telle étude » et Déplorant « le manque de jugement de certaines personnes ». Volkswagen se dit « convaincue que les méthodes scientifiques choisies à l’époque étaient mauvaises ».

Cette annonce qui secoue l’opinion publique est la preuve de la cruauté et de l’inutilité assumée de certaines expériences menées sur les animaux, mais aussi de la profonde opacité qui existe quant à l’utilisation des animaux. Volkswagen n’est qu’un symbole : celui du système de l’expérimentation animale qui permet ce type d’expériences et qui est à dénoncer.

Quelle est la situation en France quant à ce genre d’expériences ? Dans quelles catégories sont-elles poursuivies : toxicologie ? Tests réglementaires ? Comment leur nécessité peut-elle être justifiée alors que le constructeur automobile concerné les regrette ? Comment un institut de recherche, soumis à la réglementation européenne, peut légalement valider ce type d’expériences ?

Rappelons que les primates ne peuvent être utilisés, selon la réglementation, que pour des expériences « strictement nécessaires à la santé humaine » : si ce type d’intoxication en fait partie, nous sommes en droit de nous inquiéter sur la pertinence d’une telle catégorie et des validations des protocoles.

Ce tragique incident démontre que la souffrance des animaux n’est aucunement justifiée et que l’intérêt qui en découle est nul. « Faire inhaler de force des gaz à dix singes pour prouver que le plus gros des émissions toxiques n’y est plus, c’est tout aussi immonde qu’absurde », a reconnu le ministre de la Basse-Saxe, Stephan Weil.

Si par ailleurs, on précise que les moteurs testés en question étaient frauduleux (et c’est le « Dieselgate »), l’absurdité et la cruauté de telles expériences ne peuvent que révolter.

Justement, le 19 janvier, le député Younous Omarjee a déposé une question écrite à la Commission européenne sur l’expérimentation animale pour connaître notamment les détails des infractions, que nous soulignons dans nos enquêtes, et la hausse du nombre d’animaux utilisés dans les expériences. Le scandale de Volkswagen démontre qu’il est grand temps d’obtenir de la transparence sur l’utilisation des animaux.

Demandes

1/ Nous demandons à tous les constructeurs automobiles de rendre compte de leurs pratiques et de déclarer qu’ils ne procèdent pas à de telles expériences.

2/ Nous demandons qu’une commission d’enquête parlementaire ait lieu sur l’expérimentation animale et que le ministère de la Recherche réponde aux questions que les citoyens se posent quant à cette pratique archaïque, alors que d’autres méthodes de toxicologie existent et permettent de se passer des animaux.

Pourquoi nous continuerons à filmer les laboratoires d’expérimentation animale

rongeur

Dans une tribune intitulée « Assez de caricatures sur l’expérimentation animale« , un collectif de 400 chercheurs tente de discréditer les récentes enquêtes menées par Animal Testing, qui sont les premières du genre en France à révéler la condition des animaux de laboratoire.

Il est à noter que ce type de tribune témoigne par elle-même de l’inverse de ce qu’elle souhaite démontrer: à savoir que nos enquêtes sont justement prises très au sérieux par les partisans des expériences sur les animaux. Pourquoi sinon se donner autant de mal et nous affubler de termes dont la véhémence n’est que l’aveu que notre travail touche une recherche qui n’était jusqu’alors pas inquiétée et menait ses pratiques en huis-clos?

Notre récente enquête sur les rongeurs provient d’un lanceur d’alerte en poste actuellement en laboratoire, et membre d’un comité d’éthique, dont le témoignage est édifiant. « Déguisés en lanceurs d’alerte » souligne la tribune: non, il s’agit bien d’un lanceur d’alerte, à savoir une personne qui n’est pas militante mais qui, confrontée à des pratiques iniques ou ne respectant pas la réglementation, choisit délibérément de dénoncer celles-ci.

Mais surtout, aucune réponse dans cette tribune n’est apportée à tous les éléments que nous dénonçons, et aucun chercheur ni aucun membre du bureau de l’expérimentation animale n’a souhaité réagir aux médias qui les ont contactés suite à nos trois enquêtes. Pourquoi alors se plaindre et laisser croire que les médias ne donnent pas écho à votre propos messieurs les chercheurs? À chaque fois que vous avez été contactés, le silence a été votre seul refuge, comme en atteste de nombreux articles suite à notre enquête sur les singes détenus dans le sous-sol d’un hôpital parisien. Dans cette tribune à nouveau, vous fuyez.

Permettez-moi de vous rappeler les éléments sur lesquels nous attendons encore vos réponses: pourquoi des singes sont-ils privés de nourriture jusqu’à ce qu’ils acceptent les chaises de contention? Le chercheur de notre vidéo explique que l’un d’eux a souffert de ce traitement pendant une semaine, et qu’il faut « casser le singe » psychologiquement, qu’il n’y a « que ça » qui marche. Est-ce là les pratiques encadrées que vous mentionnez? Pourquoi laissez-vous croire que les antidouleurs sont systématiques, alors que c’est faux? Pourquoi les animaux décèdent-ils de leurs souffrances alors que des « points limites » doivent abréger celles-ci selon la réglementation? Pourquoi, encore, les membres de comités d’éthiques subissent des pressions pour valider des protocoles qui ne devraient pas l’être? Sans être exhaustifs, ces questions sont à ce jour sans réponse de votre part. Vous parlez « d’affabulations »: nos images et nos témoignages « laissent pourtant peu de place à l’interprétation », comme le soulignait l’émission « La méthode scientifique » de France Inter du 22/11/2017 qui vous a aussi interrogé à ce sujet et vous n’avez, à nouveau, pas répondu. Pire, vous avez souligné que la réglementation n’était pas contraignante mais qu’elle indiquait simplement des principes à suivre… Doit-on en conclure que chacun traite les animaux comme il l’entend dans son laboratoire?

Nous avons pu filmer dans trois laboratoires: il en est ressorti trois enquêtes, attestant à chaque fois de pratiques révoltantes envers les animaux. Tout ce que nous avançons est vérifié et documenté, et nous avons les protocoles des expériences que nous dénonçons. Mais face à la mauvaise foi et le déni, face à l’ignorance volontaire des abus commis dans ces lieux où à chaque fois que nous sommes entrés nous avons constaté un non-respect de la réglementation, vous osez botter en touche. Nous vous souhaitons bon courage alors pour trouver des mensonges suffisamment forts pour faire illusion et répondre à notre prochaine enquête: nous prendrons soin de citer le lieu et comptons sur votre volonté de transparence affichée pour répondre, cette fois, aux médias et aux politiques.

Audrey JOUGLA

Tribune publiée sur le HuffPost

À l’égard du plus petit

souris

Alors que nous révélons une enquête sur le triste sort des rongeurs de laboratoire, il est sournois d’entendre parfois au loin le soupir moqueur qui balaie d’un revers méprisant le problème en le ponctuant de cette petite phrase assassine : ce ne sont que des souris.

Oui, en effet, là est bien leur malheur, et la cause de toutes leurs souffrances : de n’être considérées que comme des souris, et non pas comme des êtres qui sentent et ressentent, éprouvent ou endurent la douleur, tout autant que nous. Que vient faire la taille de l’animal dans cette histoire ?
Car il est uniquement question de physionomie et de petitesse, pour justifier la cruauté. Ne serait-il pas logique de supposer alors que l’éléphant ou la girafe seraient en droit de dire à notre égard que nous ne sommes que des humains ? Ne serait-il pas envisageable de transposer ce discours à la baleine ou au rhinocéros, qui sont en droit de juger notre taille dérisoire ? Non, car voyez-vous, en matière d’arguments, l’homme est ainsi fait qu’il ne suit pas la logique dès lors qu’elle est en sa défaveur et n’utilise ses justifications à faire souffrir autrui que quand elles sont en sa faveur.

À l’égard du plus petit, du plus vulnérable, nous devrions justement faire preuve d’autant plus d’empathie et de protection. J’ai honte de ce sur quoi peut reposer le manque de considération, voire d’empathie, envers ceux qui sont à notre merci. Alors, face à l’injustice et l’injustifiable, et à tous ceux qui peuvent penser que ce ne sont que des souris dont il s’agit, j’ai bien peur qu’il n’y ait d’autres réponses que de leur dire : et vous, vous n’êtes que des idiots.

Unreleased investigation at a large public laboratory using rodents for research

Did you hear that animals were anesthetized? That painkillers were mandatory? That researchers looked after their well-being? That ethics committees were guarantees?

Continuer la lecture

Contenir la haine

statue

Ce n’est pas chose aisée que de défendre des animaux d’une violence millénaire, ancrée et justifiée par des coutumes et des manières de les considérer, qui renvoie systématiquement à un simple : il en a toujours été ainsi. Mais l’on oublie alors que cette violence sert bien des intérêts, et qu’il est alors encore plus compliqué de s’y opposer.
En refusant la violence faite aux animaux, et quelle que soit sa justification, une autre violence, plus pernicieuse, plus insidieuse, surgit soudain. Celle qui oppose les hommes entre eux et provoque la haine. Il y a ceux qui, à force de voir les horreurs que l’homme fait subir aux bêtes, en viennent à mépriser l’être humain ou à le détester. Par un esprit de vengeance, ceux-là souhaiteraient voir les hommes à la place des bêtes et punir les coupables par une loi du talion.
Aux premières loges de la lutte contre la vivisection, nous assistons souvent à des déferlements de commentaires haineux envers l’être humain, de la part de ceux qui pensent qu’il ne mérite pas mieux que d’endurer ce qu’il fait subir.


Cellini – L’umanita contro il male (L’humanité contre le mal), marbre, 1908.

En réaction au mouvement animaliste, surviennent alors ceux qui s’en prennent aux défenseurs des animaux, et les altercations verbales se transforment alors en agressions physiques. Combien de manifestations contre la corrida ou les cirques se sont transformées en coups et blessures ?
La violence contre laquelle nous luttons provoque en retour plus que de la violence : de la haine. Ce n’est pas rendre justice que de l’alimenter, et nous la refuserons toujours. Ce n’est pas là un manque de radicalité. Aussi profonde soit notre tristesse, lorsque nous découvrons, un peu plus chaque jour, le sort réservé aux bêtes, rien ne saurait justifier que nous attaquions l’être humain. De la même manière que vouloir la fin de toute expérimentation animale n’attaque pas les malades, vouloir la fin de la cruauté que les animaux subissent n’a pas à attaquer l’humain.
Nous nous efforçons, chaque jour, de montrer ce qui a lieu et de dénoncer la souffrance des bêtes, mais aussi, et cela est bien plus compliqué, de contenir la haine. C’est une façon, peut-être moins visible mais non moins certaine, de lutter contre le mal. Ce que, justement, les animaux ne peuvent pas faire.

Mézilles, le jour où tu fermeras.

visuel-chien-téléthon-animal-testing

Oui, car inéluctablement cela arrivera.
Mézilles, un nom devenu tristement célèbre : d’abord parmi les militants de la cause animale, avant de se diffuser en Bourgogne, puis dans les médias. L’élevage des Souches abrité par ce village bucolique n’est autre qu’un élevage de chiens destinés aux laboratoires. Peut-on faire plus inique profession ? Cynique profession prononce-t-on avec la liaison…
Chaque année les voix s’élèvent pour ceux qui n’en ont pas. Ces chiens ont été convoqués sur terre pour être destinés à une vie de souffrance : y a-t-il peine plus douloureuse pour des êtres innocents, qui ne comprendront jamais à quel titre souffrent-ils ainsi ?
Nous entendons alors cette rengaine : pour la santé humaine.

Nous n’avons malheureusement que peu de réconfort à vous offrir sur ce point et demandons, encore aujourd’hui, ne serait-ce qu’un bilan de vies animales sacrifiées face aux évolutions médicales et aux vies humaines sauvées ? Quand bien même, soyez certains que la raison d’existence de l’élevage de Mézilles n’est pas le progrès de la médecine mais la rentabilité et l’intérêt lucratif de son activité. Lucrer sur la souffrance animale n’est-il pas alors le pire comportement moral qui soit ? Tenter de le justifier par des voies détournées est alors, non seulement inapproprié mais participe d’une volonté de blanchiment moral à laquelle tous les acteurs de la vivisection participent aujourd’hui.
Quant aux résultats des souffrances de tous les chiens que l’élevage des souches de Mézilles a envoyé dans les laboratoires, nous sommes encore loin d’obtenir une telle transparence. La majorité de nos concitoyens ignorent que de tels élevages existent simplement. D’autres, que la vivisection a toujours cours.
L’élevage de Mézilles fournit, entre autres, les laboratoires de l’AFM-Téléthon, qui ne montrera jamais les expériences et les conditions des chiens. Pire, lors des images que nous avions diffusées en décembre dernier, aucune réponse n’a été donnée aux médias qui n’ont eu de cesse de contacter le laboratoire où nous avions filmé. Le silence, le déni. Tout en faisant appel à la générosité d’un grand public ignorant cette réalité. Financer l’AFM-Téléthon, c’est aussi financer son fournisseur : l’élevage de Mézilles.
Les primates, puis les chiens et les chats seront les prochaines espèces à être exemptées du calvaire des laboratoires, après les grands singes, déjà protégés : ce n’est qu’une question d’années. Ce jour-là Mézilles fermera.
Et aucun argument fallacieux ni aucun subterfuge ne permettra alors à ceux qui ont profité de la souffrance animale de se réfugier ou dire qu’ils n’avaient pas le choix.
Ce jour-là, nous pourrons regarder les barrières de l’élevage des Souches comme un vestige d’une époque où l’on considérait les chiens comme du matériel de laboratoire.

Une vie de souffrances : les expériences sur les chiens financées par le Téléthon
Une vie de souffrances : les expériences sur les chiens financées par le Téléthon

Laboratory monkeys in the basement of a hospital in central Paris

Monkeys live in one cubic meter cages for ten years or more. They are intoxicated – through metal implants in their skull – with MPTP to develop Parkinson’s disease among others.

Continuer la lecture

Ouvrir les portes des laboratoires : louable ou pernicieux ?

singe

Face à la contestation croissante de l’opinion publique des expériences menées sur les animaux, et au manque de visibilité de la réalité vécue par les animaux, les laboratoires se mobilisent en tentant une approche d’ouverture des animaleries.

Continuer la lecture

Cachez cet animal de laboratoire que je ne saurais voir

animal testing

« Ce 24 avril, la journée mondiale des animaux de laboratoire risque fort de passer inaperçue, loin derrière les préoccupations citoyennes et médiatiques  qu’un lundi suivant le premier tour d’élections présidentielles justifie.

Continuer la lecture

« On ne nous dit pas tout » : une autre lecture de la réalité

animal testing

Suite à la vidéo des singes détenus dans le sous-sol d’un hôpital que nous avons dévoilée jeudi 05/01/17, et que nous vous invitons à voir avant de lire cet article…

Continuer la lecture